L’influence de la nutrition sur le bien-être

Vous avez sûrement entendu dire que manger des aliments frais et sains est bon pour vous. Mais saviez-vous qu’une bonne alimentation peut aussi vous aider à maintenir votre bien-être ?

En fait, il existe de plus en plus de preuves indiquant un lien entre la nutrition et l’humeur.

Nutrition, bien-être, santé sont en réalité incroyablement liés. En effet, notre cerveau est constamment éveillé. Il prend soin de nos pensées, de nos mouvements, de notre respiration, de notre rythme cardiaque et de nos sens. Il travaille dur 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, même pendant que vous dormez.

Cela signifie que votre cerveau a besoin d’un approvisionnement constant en carburant. Ce « carburant » provient de la nourriture que vous mangez – et ce qu’il contient fait toute la différence. En termes simples, ce que vous mangez affecte directement la structure et le fonctionnement de votre cerveau et, en fin de compte, votre humeur.

Impact de la nourriture sur notre organisme

Manger des aliments de haute qualité riches en vitamines, minéraux et antioxydants nourrit le cerveau et le protège du stress oxydatif.

Bien sûr, vous ne pouvez pas vous sentir bien et à l’aise si de mauvaises choses se produisent dans votre corps. Il existe de nombreux problèmes de santé qui affectent votre humeur :

  • Maladies auto-immunes : hashimoto, lupus..
  • Diabète
  • Résistance à l’insuline
  • Problèmes gastro-intestinaux
  • Hypoglycémie…

Ce que nous mangeons, en particulier les aliments qui contiennent des additifs chimiques et des aliments ultra-transformés, affecte l’environnement intestinal et augmente le risque de maladie. Lorsque l’on considère la relation entre le cerveau et l’intestin, il est important de savoir que 90 % des récepteurs de la sérotonine se trouvent à l’intérieur. Ainsi, la santé intestinale et l’alimentation peuvent influencer positivement ou négativement l’humeur.

Lorsque l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries est ébranlé, la maladie peut survenir. Des exemples de telles infections comprennent les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI), l’asthme, l’obésité, le syndrome métabolique, le diabète et les problèmes cognitifs et l’humeur dépressive.

La relation intestin – cerveau

L’axe intestin-cerveau consiste en une communication bidirectionnelle entre les systèmes nerveux central et intestinal, reliant les centres émotionnels et cognitifs du cerveau aux fonctions périphériques de l’intestin. Cette interaction fonctionne en transmettant des signaux de la microflore intestinale au cerveau et du cerveau à la microflore intestinale via des connexions nerveuses, endocriniennes, immunitaires et humorales.

La structure du microbiote intestinal chez l’homme dépend du type d’accouchement, des gènes, de l’âge, de la nutrition, de l’activité physique, des facteurs environnementaux, du stress, des infections, d’autres maladies et de l’utilisation d’antibiotiques.

Différents types de stress psychologique modulent la composition et la biomasse totale du microbiote intestinal, quelle que soit la durée. En fait, l’utilisation de facteurs de stress à court terme affecte également le microbiote; car l’exposition à un facteur de stress social pendant seulement 2 heures peut modifier considérablement le profil de la communauté et réduire les proportions relatives du groupe principal du microbiote.

Fait intéressant, il est également bien connu que la réponse du système nerveux central aux facteurs de stress mentaux et physiques peut affecter l’homéostasie intestinale et entraîner des maladies telles que la colite ulcéreuse et le syndrome du côlon irritable (SCI).

Conseils pour améliorer le microbiote interne

Le microbiote peut sécréter de nombreux types de neurotransmetteurs, par exemple une sous-espèce de Lactobacillus peut sécréter de l’acétylcholine (régulation de la mémoire, de l’attention, de l’apprentissage et de l’humeur). C’est pourquoi il est si important de prendre soin de ce que nous mangeons.

Si vous n’êtes pas habitué à une alimentation complète, les conseils suivants constituent une bonne base :

  • Mangez des aliments non transformés et évitez les aliments prêts à l’emploi et riches en calories.
  • Augmentez votre consommation de fruits et légumes frais.
  • Mangez suffisamment de fibres et incluez des grains entiers et des légumineuses dans votre alimentation.
  • Inclure des aliments riches en probiotiques.
  • Mangez des aliments à index glycémique faible ou moyen.
  • L’ajout d’aliments fermentés comme le kéfir, la choucroute ou le kimchi peut aider à garder votre intestin en bonne santé.
  • Trouvez une place dans votre alimentation pour le poisson, les fruits de mer et la volaille maigre et moins de viande rouge.

N’oubliez pas de rester hydraté correctement – la déshydratation peut provoquer des maux de tête, entre autres. Choisissez judicieusement vos boissons. Buvez beaucoup d’eau pour améliorer la circulation sanguine. De plus, en gardant votre cerveau bien hydraté vous allez favoriser la concentration. Évitez les boissons sucrées et les boissons contenant des édulcorants, des colorants, des arômes et des conservateurs gazeux ou artificiels.

Author: Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *