Le contour des yeux est le problème de beauté numéro un à l’ère des appels vidéo.

Les problèmes oculaires sont l’une des préoccupations les plus courantes en matière de “visage vidéo”. En effet, un adulte américain sur quatre déclare remarquer davantage les cernes lors des appels vidéo. Alors que les États-Unis sortent de l’isolement, la marque de soins de la peau StriVectin révèle comment le travail à domicile et les appels vidéo ont fait évoluer les normes de beauté.

Avec la pandémie qui s’est répandue dans le monde entier, les appels vidéo sont devenus la nouvelle normalité puisque les précautions de santé publique ont nécessité de passer du temps à l’écart de la famille, des amis et des collègues. La marque de soins de la peau StriVectin a commandé une nouvelle étude pour explorer comment les perceptions et les habitudes en matière de beauté ont changé après une année de perturbations sans précédent. L’enquête menée auprès de 2 000 adultes américains [1] a exploré l’impact de la vie dans un monde largement virtuel sur la façon dont les consommateurs se perçoivent.

Les yeux grimpent sur la liste des priorités (plaintes) en matière de beauté

Comme les experts affirment que les caméras vidéo de nos téléphones et ordinateurs peuvent intensifier les ombres autour des yeux et du nez, mettre en évidence les imperfections et les rides et même rendre le visage plus rond, il n’est pas surprenant que 69 % des personnes interrogées déclarent que les choses qui les dérangent lors des appels vidéo ne sont pas celles qui les dérangent lorsqu’elles se regardent dans le miroir.

Les préoccupations relatives aux yeux sont l’une des plaintes les plus courantes concernant le “visage vidéo” : 1 consommateur américain sur 4 déclare remarquer davantage les cernes lors des appels vidéo. 30 % disent avoir éteint leur caméra pendant un appel vidéo parce que leurs yeux semblaient fatigués à l’écran, et 71 % disent faire un effort pour accentuer positivement la zone des yeux.

Dans l’ensemble, 37 % ont intensifié leurs efforts avec des sérums, des crèmes pour les yeux et des dispositifs, tandis que 34 % ont ajouté des produits pour dissimuler ou atténuer les cernes sous les yeux. 31 % misent sur une définition accrue avec des produits cosmétiques de couleur et 44 % ont fait des recherches sur la façon d’être plus beaux lors des appels vidéo, tandis que 33 % ont même envisagé des procédures cosmétiques après s’être vus constamment lors d’appels vidéo. 51 % déclarent que leurs dépenses mensuelles en matière de soins de la peau, de toilettage et de soins personnels ont augmenté depuis le début de la pandémie. Et 52 %, soit plus de la moitié, affirment que cette augmentation des dépenses est le résultat d’une plus grande préoccupation pour leur apparence en raison des appels vidéo fréquents.

Cette révélation n’est pas une totale surprise pour les équipes de R&D et de marketing de StriVectin, plus d’infos sur le média carnetdebord.info . La marque a connu une augmentation à deux chiffres des ventes de ses produits pour les yeux au cours de l’année dernière.

“Les yeux étant le principal élément de notre apparence visible par le monde extérieur au cours de l’année écoulée, il est naturel qu’ils soient devenus l’élément central de notre visage”, a déclaré Alison Yeh, Chief Marketing Officer chez StriVectin.

Les brosses à cheveux et à cils sont les meilleures amies d’avant-Zoom

Finalement, après une année de réunions virtuelles, 67 % des consommateurs américains interrogés déclarent avoir enfin trouvé comment s’assurer d’être au mieux lors des appels vidéo.

Près de la moitié d’entre eux (46 %) déclarent que leur principale retouche beauté de dernière minute avant la Zoom est… de se brosser les cheveux. Et environ un quart d’entre elles (23 %) affirment que le mascara est le produit de beauté le plus important avant une séance de zoom (deuxième choix).

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’elles avaient ajouté à leur routine beauté, la réponse numéro un des personnes interrogées a été de renforcer leur régime de soins de la peau en insistant davantage sur les zones à problèmes.

La bonne nouvelle est que 56 % des personnes interrogées déclarent qu’après un an de vidéoconférence, elles sont désormais plus à l’aise pour se voir devant une caméra. C’est peut-être la raison pour laquelle un plus grand nombre de personnes déclarent que, même après une pandémie, elles préfèrent un appel virtuel à une réunion en personne (47 % contre 44 %).

Author: Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *